Qu’est-ce que le Growth Hacking ? Définition, présentation, exemple

Le terme Growth Hacking a une origine récente. Il a été créé en 2010 par Sean Ellis l’expert marketing de DropBox. Il désigne un ensemble de technique marketing qui vise à promouvoir rapidement un service ou un produit. Voici tout ce qu’il y a à connaitre de cette méthode.

Définition Growth Hacking

Etant récent, ce terme ne dispose pas encore de définition conventionnelle. Il faut tout simplement retenir que c’est une méthode très utilisée dans le webmarketing pour accroitre rapidement et même exponentiellement un produit ou un service. Selon les Growth Hackers, experts dans le Growth Hacking, cet ensemble de mot désigne un état d’esprit plutôt qu’un ensemble de méthodes.

En considérant le sens de chaque mot, on peut relever deux points essentiels à partir de ce terme. D’abord le mot « Growth » laisse entendre que l’objectif de la technique est la croissance rapide. Puis le mot « Hacking » fait penser que tous les moyens sont permis même les moins légaux pour atteindre ce but.

A quoi il consiste ?

Né dans la Silicon Valley aux Etats-Unis, le Growth Hacking prend son sens dans la sphère des startups, plus précisément les startups technologiques comme Facebook, Twitter, Instagram… En embauchant un growth hacker ces sociétés ont pu accroitre en peu de temps leurs nombres d’utilisateurs. Cet expert doit à la fois avoir des compétences en marketing et en développement. Il n’a pas peur d’utiliser des techniques non conventionnelles pour atteindre son but. Pour récolter de plus en plus de clients, il élabore des phases d’acquisition, de conversion puis de rétention afin d’atteindre la croissance rapide.

Contrairement à un marketer traditionnel, le growth hacker dispose d’un budget limité pour exercer son activité. Pourtant pour arriver à ses fins, il doit considérer la psychologie, le copywriting, le marketing digital, le développement front-end et back-end… La créativité et la capacité d’analyse sont les principaux caractères indispensables à ce poste.

Pour se développer, les startups n’ont que peu de ressources. Alors elles utilisent le Growth Hacking afin de promouvoir leurs produits et services de manière efficace mais avec peu de dépense. Parmi les moyens les plus utilisés pour faire du hacking marketing on peut citer les analyses de données, les collectes d’adresses mails, le référencement naturel, les médias sociaux, les relations presses, l’ergonomie, les tests A/B et bien d’autres. Seul le résultat compte quelque soit la méthode entreprise.

En France nous avons par exemple le Growth hacker Frédéric Zibette qui maitrise de nombreux sujets, et qui sait parfaitement s’adapter aux nouveaux business en ligne.

Les réussites du Growth Hacking

Pour terminer cette découverte, parlons de quelques startups qui ont atteint le but de la croissance à l’aide de cette méthode. Evidemment, DropBox a pu atteindre 200 millions d’utilisateurs en se servant du Growth Hacking. Il a mis en place un ensemble d’étape incitant le nouvel inscrit à promouvoir indirectement la marque pour gagner 500 Mo d’espace gratuite. En six mois, Hotmail a reçu 70 millions d’utilisateur grâce à la célèbre phrase « P.S. I love you. Get your free mail at Hotmail ». Plusieurs autres sociétés ont aussi réussi grâce au Growth Hacking à ne citer qu’Instagram, Twitter, Facebook, AirBnB ou même Apple.